Urgence Mozambique

Fermez les yeux … Imaginez-vous un instant paresser au bord d’une plage au sable blanc, l’odeur enivrante de l’iode caressant vos narines, les rayons du soleil embrassant votre peau. Imaginez vous maintenant en pleine excursion, partant à la découverte d’un parc naturel où y foisonne la faune. Imaginez vous face à toutes ces habitations traditionnelles construites sur la terre rouge. Imaginez vous déguster un bon plat de Xima et de Mapata (1)… Bienvenue au Mozambique !! Maintenant ouvrez les yeux, et découvrez ces terres, ces habitations noyées dans l’eau sale … C’est ce qu’il reste du Mozambique après le passage du cyclone Idai.

(1) Plat typique du Mozambique

carte-mozambique
Le Mozambique, pays d’Afrique fait partie du patrimoine de l’Unesco de par son île depuis 1991

Attaqué un genou à terre 

Outre la malnutrition, les épidémies de SIDA et de paludisme qui font rage, le choléra , la dysenterie et autres maladies hydriques représentent les principales causes de mortalités là-bas. Le pays ayant déjà le genou à terre se voit attaquer une fois de plus par l’environnement et sème le chaos dans la nuit du 14 au 15 mars 2019.

Le premier d’une longue lignée

Le colosse Idai a laissé une trace de son passage: avec des vents de 205km/h et un déluge apocalyptique, la rivière est sortie de son lit  et compte bien réveiller le désarroi de tout un pays en immergeant tout sur son passage.

A l’heure où cet article est écrit, le bilan fait état de 843 morts et plus de 1640 blessés comptabilisés au Malawi, au Zimbabwe et au Mozambique. Les Nations Unies décrivent Idai comme l’une des plus grosses catastrophes naturelles subies par l’hémisphère Sud.

Plongée dans le chaos par les dégâts monumentaux, Idai a rasé tout un pays et ce n’est que le premier d’une longue lignée d’après ce qu’indique la communauté scientifique. Ils prédisent des phénomènes cycloniques de plus en plus fréquents et de plus en plus violents. La faute à qui?  Les actes de l’Homme sur la planète?   Le réchauffement climatique génère une hausse considérable de la température de l’océan Indien , beaucoup plus rapide qu’ailleurs. C’est d’ailleurs dans ce même océan que le phénomène a gagné de l’intensité, pris son élan afin de jeter son dévolu vers Beira. 

Avec ce déferlement, le choléra en a profité pour attaquer les zones dévastées; on décompte pas loin de 1428 cas dont 5 décès. 

Sortir du lot

Sources: Solidarités international

Kits d’abris et d’hygiène à la main, matériel de potabilisation dans l’autre, l’équipe d’urgence de Solidarités International se manifeste au Mozambique dès  les premiers instants et permettent à quelques dizaines de milliers de personnes d’avoir accès à une eau potable mais aussi de se protéger des éléments et du manque d’hygiène. Les conditions d’insalubrité dans lesquelles survivent les sinistrés d’Idai prévoient des atteintes imminentes sur la santé et la vie des plus faibles

Si les premiers secours et autres associations s’empressent de rejoindre Beira, l’association Solidarités International sort des sentiers battus et s’en va porter mains fortes aux zones « laissées pour compte » ou presque.

Deux semaines après  Idai,  bon nombre de zones restent inondés et inaccessibles. Avec 2500 cas suspects, le choléra, arrivé comme un invité non attendu à un banquet, risque de se transformer en épidémie

Solidarités International en pleine action au Mozambique

Solidarités International fait partie des projets à soutenir avec Hool. Pour cela, il vous suffit juste de vous offrir une de nos cartes cadeaux et de sélectionner le projet « Urgence Mozambique ». Ainsi l’argent facturé sera sur votre carte afin que vous profitiez de vos enseignes préférées et grâce à vous un pourcentage sera perçu par Solidarités International. L’association reste toujours ouverte à toutes donations, ainsi, si vous voulez participez au projet « Urgence Mozambique » ici

Urgence Mozambique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :